Revenir en haut Aller en bas

À la croisée des mondes / Libre

Soraya Shafiq
Voyageuse
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
21/04/2018
Messages :
235


XP:
10/150  (10/150)
À la croisée des mondes / Libre Sam 28 Juil - 14:20




À la croisée des mondes

Like in endless dream
I am dancing with the beast
Faster and faster
Spinning in this twisted feast
I am dancing with the beast


Et soudain. Le drame ! Voilà maintenant quelques jours que l’Apocalypse selon Saint Crook a eu lieu. Une formidable. Non, prodigieuse et dévastatrice tempête a frappé l’île de plein fouet. Un ouragan fourbe et cruel qui nous condamne à des vacances forcées et prolongées jusqu’à l’arrivée des secours. Si secours il y a… Nous étions tranquillement en train de trimer pour la dernière trouvaille débile de notre capitaine : une course d’orientation à la con quand tout cela s’est produit.

Une fois que le veut s’en est allé finalement, nous avons joint la plage pour tenter de prendre des nouvelles de ceux qui n’étaient pas avec nous. Surtout d’appeler à l’aide depuis le bateau. Après avoir enduré la tempête au milieu de la forêt dans le campement de survie organisé par le capitaine. Capitaine désormais aux abonés absents d’ailleurs. Ce n’est hélas pas le seul. Une fois sur la plage ceux qui ont eu le courage de rebrousser chemin, dont moi, avons constaté avec horreur la disparation du bateau. De nos affaires et bien sûr, plus aucun des appareils que nous avions sur nous ne fonctionne. Génial !  

C’est ainsi qu’on s’organise comme on peut. Voyant avec une certaines inquiétudes le niveau de nos vivres diminuer dangereusement. Et soudain, tous les mâles qui se sentaient ô combien virils fuient se cacher on ne sait où quand on soulève l’idée qu’il va bien falloir finir par chasser ! La crainte se mêle alors à la lassitude de devoir composer avec une bande de bras cassés. Va-t-il falloir que j’aille le faire moi-même ? Moi, la naine de un mètre cinquante-deux ? Pour le moment, j’aide comme je peux au camp. Notamment en surveillant les petits bouts de la croisière.

Toutefois, ne supportant plus de rester à ne rien à part la nounou. J’ai décidé de m’aérer l’esprit en partant à l’aube en excursion en forêt. Après avoir laissé un petit mot à mon amie Alisha pour la prévenir que je ne rentrerai sans doute pas avant la soirée. Chapeau. Lunettes de Soleil sur le bout du nez. Maillot beige qui laisse entrevoir un large décolleté. Short marron et converse. Boussole à la main. Me voilà Lara Croft. En réalité, je ne sais trop ce que je cherche. Peut-être juste à fuir tous les autres incapables. J’aurai pu convier Alisha, mais j’avais besoin de me ressourcer. Être seule avec moi et mes seules pensées.

Des heures et des heures de marches. Moi qui suis peu sportive, j’admets que cela fait du bien au corps et à l’esprit en ces heures troublées. Je n’ai rien trouvé de notable. M’éloignant des bêtes et ne sachant trop quel fruit cueillir. Alors que l’après-midi est bien entamé et que je songe à rentrer. Certes bredouille, mais ressourcée. Voilà que je tombe nez à nez avec une chaine de montagne. Tiens, tiens. Je ne savais pas qu’il y avait des montagnes sur l’île. Intriguée, je m’avance. Bien vite, je découvre quelque chose qui m’intrigue encore plus. Une fissure.

A l’entrée de la fente, je jette un œil. Rien que les ténèbres y règnent. Légère moue contrarié, les lampes ont cramées avec les autres appareilles. Fouillant alors dans mon sac, j'en sors un briquet emprunté à l'un des voyageurs pendant la tempête. Rangeant par la même occasion la boussole et reposant mes lunettes de Soleil sur mon décolleté. Je fais un pas. Puis deux. Il me semble que ce n’est qu’un couloir sans fin. Dans une montagne ? Le mystère s’épaissit. Le chemin semble assez peu large. Aussi bien curieuse qu’anxieuse, il me faut quelques secondes pour faire le pour et le contre. Finalement. Je pénètre dans la grotte et son couloir. J'avance doucement à la lueur vacillante de la flamme. Je n'y vois pas bien loin. Un pas après l’autre, je ne saurai pas même dire si je suis à la moitié ou encore à l’entrée. Surtout, il y a quelque chose qui attire mon attention. Alors que la lumière danse sur les parois... Des peintures ! Des peintures sur les parois ! Par Ahura-Mazda ! J’écarquille les yeux de stupeur face à cette découverte et ce que cela sous-entend. L’île aurait donc été habité ? Peut-être même l’est-elle toujours ? Non, non. Nous le saurions ! Mais nous ne savions pas pour cette grotte. Ces œuvres. Tous d’animaux et quelques Hommes seulement. Comme Lascaux. Dans un style sobre. L’historienne qui dormait en moi vibre de joie devant cette découverte.

Alors que j’admire ces œuvres, pestant contre mon impossibilité à prendre des photos depuis que mon smartphone est HS, des bruits finissent par me tirer de ma découverte. Des bruits de pas. Au loin, à l’autre bout. Une autre lumière qui vacille. Une torche ? Mon cœur commence à s’emballer. J’admets flipper un peu. « Y’a… y’a quelqu’un ? » lancé-je en pointant mon briquet dans cette direction.



love.disaster
Voir le profil de l'utilisateur
Lenorian
Native
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
13/04/2018
Messages :
857


XP:
0/150  (0/150)
Re: À la croisée des mondes / Libre Sam 24 Nov - 21:43

A la croisée des mondesUne des premières choses de l'homme, c'est sa fureur pour la nouveauté, deux grands mobiles font agir les hommes ; la peur et la nouveauté.
Grande marchande proche de l’entourage de la reine, Lenorian a été dès les premiers instants au courant de l’apparition de la Porte au cœur des montagnes jusqu’alors prétendues infranchissable. Fervente croyante, elle a d’abord cru à une blague, puis à un miracle, avant de se dire que c’était peut-être une sorte de portail qui finirait par détruire l’île. En vérité, personne ne savait quelle était la marche à suivre concernant cette nouveauté qui mettait à mal des siècles de culte.

Elle avait donc décidé de prendre les choses en mains, d’en avoir le cœur net. Il lui fallait découvrir ce que la reine essayait de cacher, soit disant pour mieux protéger le peuple ijọbien. Ses intérêts de marchande aussi avaient leur part de responsabilité. Il s'agissait de vérifier qu’il ne s’agisse pas d’un fléau sur lequel elle ne pourrait pas spéculer.

La marchande avait conscience des risques : d’abord, il y avait le voyage. Elle devait se faire discrète et efficace, n’informer personne de l’endroit où elle se rendait et ne pas se faire suivre, une chose plus facile à dire qu’à faire, puisqu’elle ne voulait pas renoncer à ses parures de bijoux. Pourtant, elle avait dû, à contrecœur. Ainsi, c’est vêtue de simples vêtements de cuirs, vendus en temps normal aux chasseurs, qu’elle voyageait depuis quelques jours. Mais venait ensuite le problème principal : la garnison qui campait juste à côté de la fameuse porte. Elle devrait se montrer astucieuse, attentive au moindre détail, elle qui tremblait face au moindre danger.

Lenorian était donc arrivée plus tôt dans la journée et avait attendu la nuit tombée pour contourner le campement. Si elle se présentait devant les soldats, elle savait pertinemment qu’au moins l’un d’entre eux la reconnaitrait, puisqu’elle était une habituée du palais royal. Il était pour le moment inenvisageable d’allumer la moindre torche, et la marchande aurait pu se faire prendre à plusieurs reprises si elle n’avait étouffé les cris qu’elle poussait à chaque fois qu’elle se prenait les pieds dans une racine noueuse.

De là où elle se tapissait, à l’orée de la forêt, Lenorian pouvait voir la Porte. C’était comme un abyme béant, une blessure dans la roche, une fissure qui ne présageait en réalité rien de bon.

Mais elle finit par contourner le campement dans se faire repérer et, à la faveur d’une rotation des gardes, elle put se faufiler à l’intérieure de la monumentale Porte. Celle-ci n’avait pas l’air d’être une simple ouverture dans la roche, mais bien un édifice historique, à en juger par les peintures qui l’ornent et la façon dont elle est construite. En l’observant, touchant de la pulpe de ses doigts la roche froide, elle se demanda même si ce n’est pas un projet secret mené par la reine.

C'était perturbant pour elle, cela n’avait aucun sens.

Un peu plus loin dans les boyaux de la montagne, elle se décida à allumer une torche, qui fit crépiter le lieu d’une ambiance nouvelle, à la fois inquiétante et intrigante. La marchande sourit, ravie de ne pas avancer dans le noir.

Au loin, une silhouette se dessina peu à peu. Un garde ? Que faire, maintenant qu’elle illuminait l’antre ? Le cœur de Lenorian manqua un battement, avant de s’emballer. Sa respiration se coupa, jusqu’à ce que lui parvienne une voix de femme, hésitante, et la lueur d’une petite torche en fin de vie.

Fronçant les sourcils, l’Ijọbienne essaya de distinguer la propriétaire de cette voix, sans bouger, laissant l’autre s’avancer.

Lorsqu’une jeune femme entra dans son champ de vision, Lenorian se cru victime d’une illusion. Un moment, elle resta muette, à fixer l’apparition comme s’il s’agissait d’un fantôme, hésitant entre repartir en courant et l’attaquer.

Le souci, c’est que derrière elle se trouvait toujours le campement.

— Qui êtes-vous ? osa-t-elle enfin souffler.

L’inquiétude se lisait sur son visage lorsqu’elle brandit la torche en avant comme s’il s’agissait d’une arme. Il faut dire que l’autre n’avait rien de banal, ce qui était loin d’inspirer confiance à la marchande.


HRP:
 


Be the flame, not the moth.
In the moment when I truly understand my enemy, understand him well enough to defeat him, then in that very moment I also love him. And then, in that very moment when I love them... I destroy them. ⚡ Northern lights
Voir le profil de l'utilisateur
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sujets similaires
-
» À la croisée des mondes, le début de l'aventure
» Obama en chute libre ...
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)