Aisiki
01.Vue d'ensemble
  • Inclinaison : chasse, pêche, médecine
  • Démographie : environ 15% de la population
  • Architecture : Les habitations sont souvent des huttes, ou des cabanes. La plupart sont en bois, d’autre en terre-cuite. Les habitations sont décorées de trophées de chasse. Les rues sont des chemins de terre. Certain toit sont encore fait de paille.
  • Culture : La culture à Aisiki tourne autour de la chasse. Vous trouverez les meilleurs chasseurs ici. Les habitants prônent l’autosuffisance de leurs propres ressources, et commercent la peau de bête ou la viande à Alafia. Cependant, même les plus grands érudits d'Oluh viennent se former auprès des guérisseurs d'Aisiki, talentueux et redoutables puits de connaissances.
  • Vêtements : Les habitants importent souvent leurs vêtements d’Alafia, mais d’autres optent pour des tenues de leur fabrication, à base de cuir, de coton ou de peau de bête.
02.Organisation et histoire

Aisiki était à l’origine un petit village de chasseur à l’orée d’une forêt. Plus tard, la ville s’est développée, et des générations de chasseurs s’y sont attaché. Néanmoins, son éloignement de la capitale et son mode de vie plus rudimentaire font qu’une organisation réticente envers la royauté actuelle d’Ijoba s’est développé, la Faction.

03.Lieux d'intérêt
  • Le village d'Aisiki : Capitale de la chasse et lieu d’habitation.
  • La crique : Lieu dangereux à cause de ses rochers acérés et des forts courants.
  • La forêt enchantée : émerveille et terrorise de par sa biodiversité.
  • Sanctuaires : Odale (forêt), Sode (village), Okun (crique), Oruko (forêt)
04.Personnages notables
Alafia
01.Vue d'ensemble
  • Gouvernement : royauté matiarcale
  • Inclinaison : économie, religion
  • Démographie : Environ 40% de la population
  • Architecture : Les habitations sont globalement des maisons faites de pierre et mansardées. Les façades de maison sont souvent décorées par des peintures ou des fleurs. On peut trouver quelques rues grossièrement pavées.
  • Culture : La culture à Alafia tourne autour du marché, de la religion et de la royauté, si l’on peut apparenter ça à de la culture. On parle globalement de la Reine. Alafia est une région riche qui commerce volontiers pour acheter des matières premières à d’autres régions. Les proches de la Reine se trouvent ici. C'est aussi le siège du savoir, puisque s'y trouvent les plus grands érudits, mestres et scribes.
  • Vêtements : De riches tissus, potentiellement de la fourrure, des parures, des pierres incrustées. En bref, Alafia se trouve à la pointe de la mode.
02.Organisation et histoire

La vie à Alafia gravite autour d’Oluh, la capitale. En son centre se trouve le palais de la reine Ayaba, imposant et puissant. Des générations de marchants et de fervant adorateurs de la Reine ont développé la ville pour la rendre plus attractive aux yeux des habitants. La vie à Alafia est souvent dynamique et enjouée.

03.Lieux d'intérêt
  • Oluh : la capitale
  • Le palais : résidence de la reine et des hauts fonctionnaires
  • Les Roches creuses : cavités dans les montagnes où l’on trouve la pierre de Lune
  • Les mines d'Irin : le point le plus au nord d’Ijoba
  • La porte : passage entre les deux « mondes » gardé par des soldats royaux
  • Sanctuaires : temple des divins (palais), Oorun (village), Oke (montagnes), Iseda (village), Imo (village), Iku (forêt), Adehun (village)
04.Personnages notables
Isokan
01.Vue d'ensemble
  • Inclinaison : vice, commerce, agriculture
  • Démographie : environ 45% de la population
  • Architecture : Les maisons ressemblent à celles d’Aisiki. Faites de pierre pour la plupart et mansardées, d’autres sont néanmoins faites de bois. Cela dépend finalement de l’habitant, si celui-ci est plutôt agriculteur ou commerçant. Certaines habitations sont éloignées de la ville, dans les plaines agricoles.
  • Culture : Du fait de son éloignement avec la capitale, les habitants ont développé un goût prononcé pour les dérives de l’humanité. C’est néanmoins ici qu’on trouve les meilleurs marchés, tant au niveau agricole qu’artisanal.
  • Vêtements : L’on trouve souvent d’étranges étoffes à Isokan, certainement dû à leur gout avant-gardiste. Tout est de rigueur, le tissus, la fourrure, le cuire, les peaux de bêtes, les habitants n’hésitent pas non plus à afficher leurs richesses au moyen de bijoux, atours et broches richement ornées.
02.Organisation et histoire

Isokan est une ville née au milieu de plaines fertiles. D’abord, lieu de culture, véritable grenier d’Ijọba, les marchés ont finis par s’y concentrer et, progressivement, une ville s’est créée et s’est développée. Cependant, après l’essor économique, viennent les vices. Des rumeurs racontent que l’on y trouverait des marchés non conventionnels, et des objets tellement insolites qu’on se demande s’ils n’ont pas été envoyés directement par les dieux. Les plus bas désirs sont également plus facilement assouvis qu’à Oluh ou Aisiki, avec un service de grande qualité parfois.

03.Lieux d'intérêt
  • Village d'Isokan : capitale du commerce
  • Guilde marchande : centre du village
  • plaines agricoles : Grandes étendues fertiles
  • Mines de Kekere : ricges en pierres précieuses et craintes
  • Sanctuaires : Ogbin (plaines), Afefe (montagnes), Akako (village), Kadara (village), Orun (village)
04.Personnages notables
La crique
01.Vue d'ensemble
  • Région : Aisiki
  • Ressources : Coquillages, quelques minéraux, sable
  • Faune : blabla
02.Description

Située au Nord-Est de l'île, la crique, ou la « Baie des pierres levées » est le seul accès à l'Océan qu'ont les habitants d'Ijọba. En effet, cette partie de l'île est entourée de récifs trop périlleux pour s'y aventurer. Néanmoins, aucun Natif n'a jamais réussi à franchir la crique, et à parvenir de l'autre bout des pics rocheux. A chaque tentative, on retrouvait le curieux noyé sur la plage dans les jours qui suivaient. C’est néanmoins un lieu de récolte, tant pour les coquillages que pour les poissons et les algues.

03.Lieux d'intérêt
  • Sanctuaire d'Okun
Le delta
01.Vue d'ensemble
  • Région : Isokan
  • Ressources : inconnues
  • Faune : Divers oiseaux et populations variées d’animaux terrestres, inoffensifs du fait de la présence humaine. Seuls quelques crocodiles se cachent entre les roseaux les plus éloignés.
02.Description

Le delta est le lieu le plus au centre de la carte d’Ijoba. A la croisée des différentes régions, s’y entrelacent affluents, bancs de sables et roseaux. C’est le lieu d’un grand marché mensuel, où tous les fortunés ou aspirant marchands se rendent pour faire connaître leurs articles du plus grand public ! Certaines constructions sont sur pilotis et les enchevêtrements de ponts comme de baraques en bois (construites et déconstruites en un jour, pour le marché) ont de quoi faire perdre tout sens de l’orientation. Gare cependant à ne pas se perdre et tomber dans les bancs de sables, parfois sont mouvants. Personne n’y vit à l’année.

03.Lieux d'intérêt
  • Grands marchés
Mines de Kekere
01.Vue d'ensemble
  • Région : Isokan
  • Ressources : métaux, minéraux, pierres précieuses
  • Faune : Des animaux et insectes que l’on trouve dans des grottes, lieux sombres et humides
02.Description

Moins connues que les mines d’Irin et pourtant bien plus riches en minéraux, l’on doit sa terrible réputation au forts risques d’éboulement. Une légende raconte même qu’une dizaine de mineurs ont péris il y a des lunes, et hantent maintenant les mines, aspirant l’âme des mineurs égarés. Cependant, les quelques aventuriers qui osent s’y aventurer repartent souvent les poches pleines de pierres précieuses.

Mines d'Irin
01.Vue d'ensemble
  • Région : Alafia
  • Ressources : métaux, minéraux, pierres précieuses
  • Faune : Des animaux et insectes que l’on trouve dans des grottes, lieux sombres et humides
02.Description

Réputées pour leurs riches gisements de métaux et minéraux, mais aussi de pierres précieuses, les mines, situées tout au Nord d'Alafia, au plus haut point d'Ijọba, sont en permanence occupées par des mineurs, qui vivent la plupart du temps sur place, dans de petites huttes, et ne rentrent que rarement chez eux. Le travail de la mine est dur et met à l'épreuve les esprits comme les corps, mais il permet également de fournir Oluh et Ijọba en métal. A proximité se trouvent des fours permettant de travailler le métal brut, qui est ensuite acheminé vers les forges royales ou artisanales de la cité.

03.Lieux d'intérêt
  • Ateliers royaux : forges et fours servant au travai des métaux
Les roches creuses
01.Vue d'ensemble
  • Région : Alafia
  • Ressources : Minéraux, pierres précieuses, métaux
  • Faune : étonnemment peu d'animaux, à part quelques chauves-souris et des insectes luisant dans le noir.
02.Description

Comme leur nom l'indique, les roches creuses sont des cavités dans les montagnes. Lieux de secrets, de miracles et de culte, ces cavernes sont ornées de peintures rupestres vieilles comme le monde. Dans l'une d'elle se trouve la pierre de l'Enfant ou pierre de la Lune, commandant aux marées et au climat. Le premier nom vient des légendes locales, parlant de l'amour entre la déesse de la nature et le dieu de la mer, que le dieu du ciel n'aurait pas toléré : il leur aurait arraché leur enfant et l'aurait suspendu dans le ciel, et maintiendrait depuis un contrôle total sur l'océan. La reine comme le grand prêtre pourraient y lire les augures, les dieux n’étant nulle part ailleurs aussi proches du monde terrestre que dans cette grotte.

03.Lieux d'intérêt
  • Grotte de la pierre de lune : lieu du rituel annuel pour apaiser les dieux
La porte
01.Vue d'ensemble
  • Région : Alafia
  • Ressources : rapaces, rongeurs, chauves-souris, insectes mortels et inoffensifs
  • Faune : blabla
02.Description

Immense, imposante et menaçante, ce que tous appellent « la Porte » est une ouverture dans la roche, au cœur des montagnes, qui permet de les franchir. Le long des parois qui bordent le boyau relayant les deux parties de l'île se trouvent des peintures couleur ocre et rouges, représentant des animaux, mais très peu d'humains. Elle est longue de plusieurs kilomètres et ne présente aucune autre issue que celle qui se trouve en face de vous. Elle est située au nord de l'île et débouche non loin des grottes creuses d'Alafia. Il va de soi que des rondes presque permanentes sont organisées, mais même les gardes de la reine ne sont pas omnipotents, et il est possible d'échapper à leur vigilance.

03.Lieux d'intérêt
  • camp de garde : des gardes surveilles h24 7j/7 la porte
Le campement
01.Vue d'ensemble
  • Région : Forêt à l’est d’Egun
  • Ressources : Bois, fruits et quelques minerais
  • Faune : Plusieurs espèces improbables. Notamment des singes, des serpents et des insectes
02.Description

Après la tempête, c’est au milieu de la forêt que les voyageurs ont décidé de monter leur camp de fortune. Composé notamment de tente et de cabanes cassé ou fragilisé par la tempête (refortifié depuis), le campement représente la capitale des voyageurs, leur QG en quelque sorte. Des canettes et des bouteilles vides jonchent peut-être le sol, cependant, le campement et ce qui s’apparente le plus pour les voyageurs à un « chez soi ».

Les plages
01.Vue d'ensemble
  • Région : Sud d’Egun
  • Ressources : De l’eau de mer, des coquillages et du sable. Beaucoup de sable.
  • Faune : Des crustacés, des poissons, et quelques oiseaux de mer.
02.Description

Des longs bancs de sable fin chaud (ou mouillé s’il pleut) a perte de vu, une eau turquoise, des serviettes étalées un peu partout et les vestiges d’une soirée barbecue et d’un feu de joie sur la plage… Voilà le décor qui orne les plages d’Egun, du côté des voyageurs. Même après la tempête, beaucoup de voyageurs viennent se prélasser sur le sable chaud en attendant le retour improbable du Capitaine.

03.Lieux d'intérêt
  • Le phare : en ruine et abandonné
Egún
01.Vue d'ensemble
  • Superficie : inconnue
  • Ressources : Matières premières minérales, produits d’origine biologique (faune et flore), sols fertiles.
  • Faune : cf. annexes
  • Flore : cf. annexes
02.Description

L’île d’Egun se situe quelque part dans l’océan Pacifique, dans le tristement célèbre Triangle des Bermudes. La superficie de l’île est inconnue, mais l’on peut approximativement comparer sa taille à celle de la Jamaïque. L’île est grossièrement séparée en deux par une haute chaîne de montagne, du nord vers le sud. A l’ouest se trouve Ijoba, terres sacrées du peuple natif qui habite l’île depuis des générations. A l’est, des terres inexplorées et inaccessibles pour ce peuple : et c’est de ce côté de l’île que les voyageurs ont accostés.

Aisiki
Alafia
Isokan
Crique
Delta
Kekere
Irin
Pierre de lune
La porte
Le camp
Plage du débarquement
Carte et code réalisés par Lenorian pour The Holiday Scam