Revenir en haut Aller en bas

Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden]

Esteban A. Quílez
Voyageur
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
14/09/2018
Messages :
30


XP:
0/150  (0/150)
Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden] Dim 23 Sep - 23:44

C’est bien difficilement que je m’extraie des bras de Morphée. Depuis qu’on s’est établi dans le camp, je n’ai aucun moyen de connaître l’heure - si ce n’est le cadran solaire homemade que les autres ont installé, mais je doute franchement de son efficacité - et de me réveiller à la même heure qu’avant. Maintenant, c’est presque le stresse provoqué par la perspective de ne pas me lever qui provoque tous les matins des réveils à des heures pas possible.

Seul pendant un moment chaque matin - et bien heureusement -, j’ai pris l’habitude de me débarbouiller le premier. Certains voyageurs croient encore que tout ceci n’est qu’une vaste blague - un peu trop longue - de Crook et que cet imbécile ne manquera pas de revenir nous chercher. Les faits sont pourtant là : c’est un sadique, lâche et surtout un gros opportuniste. Il a certainement déjà revendu toutes nos affaires sur ebay ou sur le marché noir. Qué cabrón.

M’extirpant de la couchette, je me lève sans un bruit et enfile simplement ma veste. Si j’avais su, j’aurais pris autre chose qu’un slip, un maillot de bain et qu’une veste. Je sais pas, il ne pourrait pas nous jeter une boite pleine de fringues, tant qu’à faire ? Ceux qui ne prennent pas le temps de laver leurs affaires puent la mort à longueur de journée.

Profitant d’un ruisseau non loin de là, je me débarbouille le visage et entreprend de me laver. L’avantage d’être un lève-tôt : pouvoir se baigner à walp sans que personne ne vienne te déranger.

Assis dans l’eau, je savoure une solitude qui risque hélas de ne pas durer. J’ai décidé de partir explorer l’île. Je n’en peux plus de rester au même endroit, au camp, avec les autres zigotos, et je ne compte pas aller avec les désespérés qui attendent le capitaine ou un avion de secours sur la plage, en écrivant des S.O.S., très peu pour moi.

Le seul problème de cette escapade, c’est mon partenaire. Bien entendu, je ne suis pas aussi tête brûlée que certains autres et je ne vais donc pas m’aventurer seul sur l’île. J’ai donc cherché qulqu’un parmi les autres touristes abandonnés pour m’accompagner. Hors, qui est assez stupide pour, un, se lancer dans l’aventure et 2, se passer d’aider le camp ? Je vous le donne en mille : Aiden.

Je n’ai rien contre lui et son inculture profonde, mais… je ne suis pas certain que notre aventure pourra nous mener quelque part. J’ai eu vent de son escapade avec Soraya, dans la forêt et ce n’était pas super glorieux. On en a bien ri, le soir même, à la lumière des barbecues.

Mon ventre crie famine. Je m’extraie de l’eau et renfile mes affaires. Pas sûr que l’ensemble bermuda-tong soit le meilleur équipement pour une exploration, mais faute de moyens on a pas vraiment le choix. Il reste de la viande grillée de la veille près du feu. Certains ont déjà commencer à se professionnaliser dans le domaine de la chasse, avec les arcs que nous a envoyé ce con de Crook.

Sirotant une tisane tout en me saisissant de ce qui fut un jour un animal, je soupire lourdement en repensant au café. J’ai besoin de café. Désespérément besoin de café. Depuis quelques temps, je comprends ce que ça fait de ne plus pouvoir fumer - quoi que certains s’envoient visiblement des feuilles de coca.

Le petit déjeuner pris, je pars réveiller Aiden. Le connaissant il doit encore dormir comme un bébé. Le gros avantage de l’idiotie de ce type, c’est qu’il ne prend pas la mesure de la situation. Soupirant à nouveau, je bénis l’innocence de cet enfant un peu vieux.

Entrant dans son bungalow, je l’appelle avant d’aller le secouer violemment - on se défoule comme on peut.

— Eh, Aiden, réveille-toi. C’est maintenant ou jamais si tu veux qu’on aille explorer l’île.

Maintenant, je ne suis plus très sûr que partir avec Aiden ou sans personne fait vraiment une différence.

Thanks Nymphea
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden D. Sanders
Voyageur
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
16/04/2018
Messages :
433


XP:
10/150  (10/150)
Re: Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden] Ven 5 Oct - 19:48

Vers l'inconnu et au-delà !


Le soleil tapait déjà fort. Allongé sur la sable chaud, ma peau frémissait à chaque brise qui venait délicatement effleurer la surface de mon corps. Autour de moi, de jolies demoiselles, allongées à mes côtés, rigolaient à mes blagues. Alors que je leur racontais ma vie avant d’atterrir ici, paumé sur cette île, une autre belle créature s’approcha pour m’offrir une grande corbeille de fruit. Avec un grand sourire, je l’invitais à profiter de ce présent en ma compagnie.

Les tracas du camp semblaient loin derrière moi, depuis que … depuis quoi déjà ? Bon, aucune importance, puisque la belle demoiselle, que je ne connaissais pas, ce met à me masser les épaules. Elle avait des doigts de fée. Le massage était agréable, les filles plaisantes, et la température du sable était juste parfaite : le paradis sur terre.

Soudain, la poigne de ma masseuse s’affirme. J’avais l’impression qu’on me broyait les épaules. J’entendis un « Eh, Aiden, réveille-toi. C’est maintenant ou jamais si tu veux qu’on aille explorer l’île. » assez grave. La jeune femme devait être enrouée, en plus elle avait un léger accent du sud non ? Le même que ma gouvernante en fait… Lorsque je regardai mes épaules, je vis que les mains de ma masseuse s’étaient épaissies, et alors que je me retournai pour lui faire face, je constatai qu’une moustache était apparu au-dessus de sa bouche. C’est quoi ce bordel ? Soudain la femme moustachue me secoua violemment, et j’ouvris les yeux.

Bien évidemment, je rêvais.

Je me redresse et m’étire comme je peux en grimaçant. Esteban, qu’est-ce qu’il me voulait déjà ? Ah oui, l’exploration. Je frotte mes yeux, et le salut :

- Yo Esteban, t’as une sale tête aujourd’hui… Je m’habille rapidement et j’arrive.

Sans me lever de ce duvet qui est très certainement la dernière chose qui se rapproche le plus du mot « confort », j’attrape mon sac à dos, et extirpe la deuxième unique tenue que je possédais. Au moins, j’ai la chance d’avoir un short de rechange. J’enfile ledit short, ma chemise à fleur, mes chaussettes maintenant trouées, mes baskets incrustées de sable et mon légendaire chapeau de paille, et je sors de ma cabane.

J’ai exploré plusieurs fois l’île, bien que certains et certaines pensent que je n’en fous pas une au camp, mais jamais je n’ai osé approcher de la montagne. Quand Esteban m’a invité pour explorer les alentours, sur le coup, j’étais super content. C’est l’occasion d’aller voir de plus près cette montagne.

Je me dirige vers Esteban en attrapant une banane en chemin, en guise de petit déjeuner. Encore pas très bien réveillé, je lui dis :

- On peut y aller. J’ai pris une bouteille d’eau ! Promis, c’est pas de l’eau de mer. Objectif la montagne aujourd’hui, ça te dit ? Ca ira en claquette pour toi ?

Je lui fais une petite tape dans le dos, avant d’ajouter, repensant brièvement au rêve dont il m’avait arraché :

- Ne me masse jamais le dos s’il te plait, je veux pas avoir les épaules en compote, sans rancune, bro.

Codage par Libella sur Graphiorum //  RP ft @Esteban A. Quílez


Chris, j'ai toujours cette photo de toi sur mon téléphone... Promis je l'envoie à ta mère quand je rentre.
Je ne suis jamais triste, parce que je suis trop beau pour l'être
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban A. Quílez
Voyageur
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
14/09/2018
Messages :
30


XP:
0/150  (0/150)
Re: Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden] Dim 7 Oct - 18:01

J’admire fortement l’aisance qu’Aiden a de faire fi de tout ce qui l’entoure pour continuer à dormir comme un bébé et vivre comme si nous n’étions pas abandonnés sur une île. Il a bien dû mettre cinq minutes au moins à émerger de ses rêves, de la bave au coin des lèvres. Un peu plus et je le giflais - une idée qui ne me déplaît pas, je l’avoue - pour éviter d’avoir à écouter plus longtemps ses babillages.

— Salut la belle au bois dormant, ça marche, je t’attends dehors, je réponds simplement avant de quitter l’endroit.

Une fois à l’extérieur. Je pousse un soupir. J’espère réussir à faire d’Aiden l’homme qui souhaite à tous prix devenir. Non pas que je sois un réel Terminator dans mon genre, mais je pense avoir une petite idée de comment survivre sur cette île, au moins seul. Avec Aiden dans les pattes, ça risque d’être tout de suite plus compliqué. J’attrape donc un arc, des flèches, une lance et un couteau. Au-delà de l’armement, mon équipement ne vaut pas grand-chose, comme me le fait remarquer mon acolyte au sortir de sa grotte.

— Super, t’as bien fait, je réponds avec un pouce en l’air. Va pour les montagnes, je t’avoue que ça m’intrigue depuis un moment.

De quoi parle-t-il en parlant d’eau de mer ? Ce qu’a raconté Soraya est donc réellement arrivé ? Il avait embarqué de l’eau salée pour sa première exploration ? Cette révélation me plonge dans un véritable désespoir. Mais au moins, lui a des chaussures adaptées.

— Ouaip, au pire j’ai pris des chaussettes à orteil, avec un peu de chance, bourrées de feuilles on peut obtenir un chausson protecteur de fortune… je soupire en me grattant la tête.

Fixant ensuite son sac, je m’éclipse un instant et revient pour y fourrer un matelas gonflable et des pommes. Je n’ai qu’une sacoche de fortune avec des instruments de premiers secours, alors je m’occupe des armes, Aiden servira de support - ou d’esclave -, comme dans un jeu.

Un rire s’échappe de mes lèvres quand il fait allusion à la façon dont je l’ai réveillé. Dans le genre euphémisme, je crois bien lui avoir secoué les épaules pendant quelques minutes au moins. Préparé au départ, je passe l’arc autour de ma taille et resserre le carquois sur mon torse.

— On est parti ?

Sans attendre la réponse de mon compagnon d’aventure, je mets un pied devant l’autre et me dirige vers le sous-bois. Il s’agit maintenant de survivre à l’étendue verte. D’après ce que d’autres Voyageurs m’ont rapporté, le camp se situe à une trentaine de kilomètres des montagnes. En prenant notre temps, on en aurait donc pour deux jours. Avec un peu de chance, on peut carrément espérer arriver un peu plus tôt à destination.

Je sors de ma poche l’une des cartes que le Capitaine nous avait parachuté avec son cageot de pommes à moitié rongées par les vers. Me calant à côté d’Aiden, je lui montre la croix où est écrit « El Dorado » en rouge et lui explique la situation.

— J’ai du mal à comprendre ce que c’est que ce délire, mais il y a visiblement un truc derrière les montagnes. L’île est plus vaste qu’on ne le dirait et c’est à nous d’explorer l’autre partie. J’ai… « emprunté » une boussole à une des feignasses du camp, on devrait pouvoir arriver demain ou après-demain aux montagnes, en avançant en ligne droite. Ça te va ?

Pas comme s’il avait vraiment le choix, mais je veux être sûr de la volonté de mon acolyte. Rien que la forêt est capable de briser les esprits, alors les montagnes, n’en parlons pas. Il va falloir se montrer souder.

— Pourquoi tu m’accompagnes, Aiden ? je demande donc.

Autant apprendre à se connaître, dans ces conditions.

Thanks Nymphea
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden D. Sanders
Voyageur
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
16/04/2018
Messages :
433


XP:
10/150  (10/150)
Re: Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden] Dim 28 Oct - 20:35

Vers l'inconnu et au-delà !


L’enthousiasme de mon ami et compagnon de route me mettait un peu de baume au cœur. Lui aussi semblait penser qu’il y avait quelque chose de l’autre côté de la montagne.  Et visiblement, d’une manière ou d’une autre, le Capitaine nous poussait un y jeter un petit coup d’œil, lui qui se la coulait douce, très probablement, sur ce bateau de croisière pas tout neuf. Comment ? A l’aide d’une carte, qu’il a osé larguer, dieu sait comment, au moyen d’une caisse. En tout cas son plan semblait bien : j’étais pas du genre à dire non à un plan savamment pensé… Encore moins un plan de mon poto Mexicain.

- Ouais, j’suis partant. La raison pour laquelle je viens ? Disons que je ne veux pas passer le restant de mes jours à pleurer sur cette île… J’ai une carrière qui m’attends, un avenir grandiose, sur les devants de la scène. Je suis né pour faire rire le monde ! Avec mon pote Chris, on va faire un duo. Et puis… ça m’intéresse de savoir ce qu’il y a de l’autre côté de l’île. Si ça se trouve, on va trouver une épave de bateau, ou même d’avion ? Quelque chose qui nous dirait qu’on n’est pas les premiers à avoir atterri sur cette île.

Nous venions à peine d’entrer dans la forêt que j’avais failli trébucher à cause d’une racine par terre. Oups. Heureusement qu’Esteban marchait devant moi. Sinon, il se serait foutu de moi. J’aurai aimé partir avec plus de personne, mais visiblement, personne n’était réellement motivé par le fait de savoir ce qu’il y avait de l’autre côté de cette montagne… Et puis cette croix rouge ! J’avais l’impression d’être dans une grande chasse aux trésors.

Le chemin promettait d’être long, j’avais bien fait de mettre mes baskets. La température était pour l’instant largement supportable, il faisait même presque frais, mais bon, faut dire que c’était normal, c’était le matin. On en avait vu des matins frais. Heureusement, les températures montaient bien l’après-midi, et d’après le vieux thermomètre du camp, on ne descendait jamais en dessous des 26°C. Quoi que j’espérais très franchement que la seule et unique saison était l’été. Cette île, elle était carrément bizarre ! Alors ça ne m’étonnerait pas si en hiver, nous avions des températures proches de celles de l’Alaska. Fort heureusement, j’osais espérer qu’on ne sera plus là pour voir ça.

- Et toi alors ? demandais-je après quelques longues minutes de marche. Qu’est-ce qui t’a décidé à aller voir de l’autre côté de la montagne ?

Effectivement, ça pouvait être une bonne idée de savoir pourquoi il voulait y aller ! Et puis, on en avait très certainement pour deux jours de marche, alors il allait bien falloir qu’on apprenne à se connaître un petit mieux que ça. Histoire d’être de vrais potos. Mais pas de les meilleurs potos du monde non plus : mon meilleur poto, c’était Chris , forever lui et moi.

- T’as quel âge au juste Esteban ? lui demandai-je après.

Ce type avait peut être l’âge d’être mon « grand frère de cœur » , du genre le grand frère que j’ai jamais eu parce que je suis fils unique. Du coup, je suis un peu le meilleur de ma fratrie, si vous voyez ce que je veux dire.


Codage par Libella sur Graphiorum //  RP ft @Esteban A. Quílez


Chris, j'ai toujours cette photo de toi sur mon téléphone... Promis je l'envoie à ta mère quand je rentre.
Je ne suis jamais triste, parce que je suis trop beau pour l'être
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban A. Quílez
Voyageur
avatar
Une petite image :
Date d'inscription :
14/09/2018
Messages :
30


XP:
0/150  (0/150)
Re: Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden] Dim 11 Nov - 17:54

Il a des côtés attachants, Aiden. Non pas que je sois un fervent admirateur de l’idiotie qui le caractérise, mais il a le mérite d’accueillir les événements comme ils viennent et sans paniquer - parce que, visiblement, ça le dépasse complètement en fait, ou alors c’est du déni - et de s’intéresser à ce qu’il se passe sur l’île.

— Tu penses que nous ne sommes pas les premiers ? je souffle.

Je ne m’étais jamais posé cette question auparavant, ça vaut le coup de s’interroger : après tout, les îles ont pu être colonisées lors des grandes découvertes. Cette idée me laisse penseur, à tel point que je ne l’entends pas manquer de se vautrer.

— Moi ?

Sa question m’interrompt dans mes pensées, fendant le silence qui nous entourait jusque-là.

— Je ne sais pas, je me dis que quitte à être coincés ici, on devrait tenter l’aventure et voir si, tout bêtement, il n’y a pas une ville de l’autre côté des montagnes, sinon on aurait l’air bien cons, tu vois ce que je veux dire ?

Sa question suivante m’arrache un petit rire. Il ne va quand même pas insinuer que je suis vieux, si ? Finalement je lui réponds doucement :

— 41.

L’âge d’être ton père, en somme. Plus qu’un grand frère. Est-ce qu’un chirurgien désireux d’avoir une famille peut se lier d’amitié avec un étudiant qu’a pour seul bagage culturel sa valise et ses tongs - bon, en vrai il a eu la jugeote de prendre des baskets avant de partir du bateau, c’est tout à son honneur.

— C’est pas trop dur pour toi d’être ici ?

J’imagine que les jeunes qui participent à la croisière ont laissés derrière eux études, familles, emploi et proches, cela doit être dur de se retrouver largué en pleine jungle, seuls au monde sur cette maudite île.

Une bestiole vient me tourner autour et j’agite ma main dans tous les sens en lançant des jurons en espagnols - qui, bien sûr, sonnent à l’oreille d’Aiden comme sa langue natale, chose étrange que nous avons découverte il y a peu de temps - jusqu’à abandonner. Mieux faut économiser nos forces dans pareil environnement.

A nouveau le silence s’installe, alors que l’on marche dans la même direction - selon la bousole, après il ne reste plus qu’à prier - jusqu’à ce que je le brise à nouveau, peut-être pour ignorer les bruits inquiétants qui émanent des buissons.

— Tu as déjà campé dans la nature ?

Il faudra bien qu’à un moment on établisse notre campement, pas trop tard si possible, que l’on puisse chasser de quoi que ce soit dans les autres parties de l’îles.

Et qu’on ne se fasses pas nous-mêmes chasser.

— On campera quand la lumière déclinera, d’accord ? Tu sais grimper aux arbres ?

Il vaudrait mieux, c’est une question de survie.

Thanks Nymphea
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Vers l'inconnu et au-delà ! [Ft. Aiden]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sujets similaires
-
» Elaelle de la Croix ☼ ouvrez votre esprit vers l'au-delà [professeur de divination]
» "Vers l'infini et au-delà - Buzz l'Eclair" [Zack Evans/Sunggyu Kim]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.